azerty q l etrqnger

pqrler gqlere en cqs de proble,e pc; ,qis solutionM pc qchete en frqnce et stickers…

Idée articles

– Why i prefer to eat street food and climb mountain – Why to travel alone – Travel and work my trial short term vs long term project – Equipment of the traveler – 3 stepos to take good pictures yoy camera s 17% of your work learn – Step 1: Prepare Good camera, learning – Step 2: Take the picture Preparing time, day, season. Story to tell.. – Step 3: Post production Budget travel – Visa – Material – Long way transporation – Investment blog – Current expenses If no money just you need is home and food Ex chine: 50 yuans la nuit + 20 yuans par repas = 800 yuans par semaine (disons 1000 avec imprévu, un peu de telephone…), moins si cuisine soi même et autre Logisitique prendre le minimum d affaire et prendre ce quon trouve cf mieux vaut savoir pecher que prendre plein de poissons sur soi oiu touaregs et desert d’où : grand voyageur = moins d’affaires que petit voyageur Why fiukl tule travel is not as expensive just depend of your availabke income no rent no cars and so on

Articles à ajouter

visa, cout visa, passeport, décalage horaire, sécurité, voyager seul, voyager avec des enfants, VIE

http://lesacados.com/ map link géolocalisation des articles, nomades digitaux, séjours linguistiques

 

Autre plugin Twitter à ajouter cf vieille to do list

Créer groupes facebook et Twitter

Assurances santé, carte bleue…

Comment voyager dans des pays lointains pour pas cher ?

Mode de transport naguère réservé à une élite, le prix des billets d’avion a depuis largement baissé, démocratisant ainsi ce mode de transport. Cependant, les billets d’avion représentent malgré tout un certain budget, et peuvent représenter jusque 50% d’un budget voyage.

Pour dépenser moins en transports, vous avez deux leviers à votre disposition :

Levier 1 : Comparer les différents modes de transports à votre disposition

Quand je suis allé en Pologne par exemple, j’avais comme possibilité de transport l’avion, le train, le covoiturage ou le bus. Comme vous pouvez le lire dans cet article, mes considérations portaient sur :

– Le prix total du transport sachant que j’avais beaucoup de bagages

– Le côté pratique du transport

– Le caractère environnemental du transport

Au final, le meilleur choix qui s’offrait à moi était le bus car bien que plus long, le trajet en avion aurait été couteux au final (compagnies régulière ou supplément bagage pour une low cost) et pénible, car habitant loin d’un aéroport

Levier 2 : Comparer le prix des transports en avion 

Si vos critères de choix dans vos transports n’incluent que le transport aérien, sachez qu’il est malgré tout possible de voler sans vous ruiner. Or, il faut savoir que dans le but de maximiser leurs revenus, les compagnies aériennes ont mis en place une politique de prix complexe, dépendant notamment le yield management, les taxes d’aéroport et l’IP tracking. 

– Yield management

Le prix des billets d’avion dépend de l’heure et du jour où vous achetez votre billet d’avion. Grosso modo, plus vous achetez votre billet d’avion tôt, moins il est cher. L’idéal étant d’acheter son billet d’avion le mardi, et d’éviter la fin de la matinée, car les prix augmentent le matin pour tenir compte des achats de billets d’avion de la clientèle entreprise, peu sensible au prix. Traduit en clair, les entreprises ont plus d’argent que les particuliers, donc les compagnies aériennes gonflent leur prix quand les clients de leurs sites sont essentiellement des entreprises.

Taxes d’aéroport

Les taxes d’aéroports varient en fonction… des aéroports. Les grands aéroports font payer des taxes d’aéroport élevée, en raison de coûts importants (coût du foncier plus élevé, frais de sécurité plus élevé) et en raison de la loi de l’offre et de la demande en leur faveur (rapport de force). A l’inverse, les vols en avion au départ d’aéroports secondaires sont souvent meilleur marché.

Ip tracking

Pour faire simple, l’IP tracking est une méthode qu’utilisent les compagnies aériennes pour tracer les internautes. Pour faire simple, imaginons que vous recherchez un billet d’avion. Peut être n’achèterez pas tout de suite votre biller d’avion car vous avez envie de discuter du prix avec votre femme, de prendre quelques jours de réflexion ou chercher de meilleurs prix. Quelques jours plus tard, vous vous décidez à acheter le billet d’avion. Entre temps le prix du billet aura un peu augmenté. Pas forcément parce que l’avion s’est rempli entre temps mais parce que la compagnie aérienne reconnaît votre ordinateur et augmente légèrement son prix car :

– C’est la deuxième fois que vous venez sur son site, donc vous avez de grandes chances d’être intéressé par ce billet d’avion

– Si le prix augmente un peu (+10 ou +20 euros) cela vous fera paniquer et vous poussera à acheter le ticket tant qu’il en est encore temps

Vente rapide, profit additionnel, l’IP Tracking permet à certaines compagnies aériennes de faire leur beurre.

Comment trouver un billet d’avion pas cher ?

IP tracking, yield management, différents choix possible entre compagnies aériennes, date de départ et de retour, aéroport de départ et d’arrivée, chercher un billet d’avion pas cher n’est pas simple. Heureusement, pour vous faciliter le travail, il y a les comparateurs de vols

Les comparateurs de vols [Sponso]

Pour simplifier ce travail de recherche, des comparateurs de vols permettent de comparer les offres tarifaires entre plusieurs compagnies aériennes, ce qui permet un gain de temps certain pour l’Internaute.

Parmi eux, Skyscanner innove. Outre la comparaison classique de vols entre différentes compagnies aériennes, Skyscanner permet de :

Indiquer une zone géographique au lieu d’un aéroport pour les villes de départ et d’arrivée

Par exemple, habitant dans le Nord-Est de la France, peu m’importe de partir de Paris ou de Lyon. Au lieu de faire deux recherches, il me suffit d’indiquer « France » dans ma ville de départ

– Le même concept est utilisé pour les dates de vol

Si vous êtes flexible au niveau des horaires, indiqués « Janvier » pour trouver le prix le moins cher… en janvier. 31 recherches par jour en une seule!

 

Les alertes prix

Bref, avec Skyscanner vous pouvez trouver les vols les moins chers parmi un large choix de date et d’aéroport de départ et d’arrivée. Mieux : si jamais le prix ne vous convient pas, vous pouvez créer une alerte prix.

Concrètement, vous indiquez un prix associé à un besoin de transport donné et si le prix du billet d’avion que vous désirez atteint votre alerte prix, vous recevez un email pour vous prévenir.

 

Dit autrement, un billet d’avion coûte 170 euros mais vous avez un budget de 150 euros. Si vous n’êtes pas pressé, créez une alerte prix à 150 euros. Le prix des billets d’avion variant avec le temps, il peut varier à la baisse. Si au bout d’1 semaine, le prix du billet passe à 148 euros par exemple, vous recevrez dans 1 semaine un email vous indiquant cette baisse de prix. Un outil très pratique pour ne pas avoir à checker au quotidien les fluctuations de prix du billet d’avion que vous désirez acheter.

Synthèse

Dans le but de maximiser leurs profits face aux problématiques auxquelles elles sont confrontées (coûts fixes élevés, coûts variable faible, impossibilité de stocker les invendues), les compagnies aériennes ont mis en place une politique tarifaire complexe.

Pour trouver malgré tout votre aiguille (billet d’avion pas cher) dans la botte de foin de la pléthore d’offre, n’hésitez pas à avoir recours aux comparateurs de vols, qui vous permettent d’utiliser des critères et des filtres pour trouver facilement le vol qui vous convient.

Cet article est désormais terminé. J’espère qu’il vous a intéressé et bonne visite sur Conseils-Voyages.fr

3 étapes pour prendre de belles photos

Vous partez bientôt en voyage et vous aimeriez ramener de belles images? Conseils-voyages.fr va vous donner des conseils pratiques en 3 étapes pour prendre de belles photos et éviter de mitrailler pendant 15 jours ou un mois pour au final ramener de piètres clichés que vous ne regarderez (ou ne montrerez jamais). C’est vrai qu’aujourd’hui, à l’heure du numérique, on a souvent le doigt posé en permanence sur le déclencheur sans que les résultats soient toujours au rendez-vous. Alors, comment prendre de belles photos même si on ne s’appelle pas Robert Doisneau?

1. Étape 1 – Préparez votre matériel:

– L’habit ne fait pas le moine! Tout le monde connait cet adage. Appliqué au monde de la photo, cela veut dire que ce n’est pas parce que vous venez de dépenser une petite fortune dans un appareil que vous ferez de belles photos. On peut même dire (a moins d’être déjà un amateur éclairé) que cela ne sert à rien de s’acheter un appareil juste avant de partir: il n’est pas certain que vous réussissiez à le prendre en main de manière satisfaisante (vous pouvez quand même le prendre pour vous faire la main, mais pensez toujours à prendre avec un appareil dont vous connaissez bien le fonctionnement) pendant la durée de votre séjour.

– Munissez vous d’un appareil facile à utiliser:
Le choix du matériel dépend de nombreux critères et nous ne pouvons ici pas tous les lister. Voici quelques remarques à prendre en considération pour faire son choix:
Ce qui est certain, c’est qu’il faut absolument prendre un appareil photo digne de ce nom si vous voulez faire de belles photos. Inutile de vous dire « c’est bon, je ferai des photos avec mon iphone ou ma tablette »: certes ce genre d’appareil peut dépanner, mais vous ne réussirez pas à faire des photos intéressantes pendant tout votre séjour.
Prenez donc l’appareil que vous maitrisez le mieux et si vous débutez, laissez le en position manuelle, cela vous évitera d’avoir de mauvaises surprises après une séance de prises de vue. Il ne faut pas nécessairement dépenser beaucoup pour avoir de bons résultats. Vous pouvez fort bien trouver un appareil qui vous donnera entière satisfaction en ne dépensant que 200 ou 300 euros.

Prenez votre matériel avec vous:
Préparez et achetez votre matériel avant de partir car cela n’est pas certain que vous trouviez ce dont vous avez besoin sur place (vous risquez au mieux de perdre du temps). Parmi l’essentiel, pensez à: des cartes mémoires, une ou deux batteries de rechange, un sac pour transporter votre appareil, un ou deux objectifs pour varier les angles de vues au besoin, un trépieds – pourquoi pas – on en fait aujourd’hui de très petit et ça peut être utile si vous voyagez seul pour vous prendre en photo). N’oubliez pas non plus de vérifier le type de prises en usage dans le pays où vous vous rendez et achetez si besoin un adaptateur avant de partir.

2. Étape 2 – Une fois sur place: concentrez vous sur les prises de vues

Faire de belles photos dépend déjà de la composition de l’image. Pour faire de belles photos, il faut en permanence penser à la composition. Voici quelques règles simples à appliquer:

– la règle des tiers: c’est une règle bien connue, mais rarement appliquée: divisez votre cadrage en 3 parties égales et mettez un point fort de l’image – personnage, bâtiments, objet – sur le 1er ou le 3eme tiers). Sauf exception, évitez de cadrer systématiquement sur le milieu de l’image.

– travaillez la luminosité au moment de la prise de vue: faites bien attention à respecter cette autre règle de base – mais qu’on a parfois tendance à oublier dans le feu de l’action: tournez le dos aux sources lumineuses. C’est particulièrement vrai en été au moment ou le soleil est partout présent.

– n’hésitez pas à faire des cadrages audacieux: prendre un sujet de face (même en utilisant la règle des tiers) peut être lassant à la longue – c’est-à-dire si vous l’utilisez trop souvent. Tentez de prendre des photos en jouant sur les angles de vues (plongée, contre plongée, voire en vous focalisant sur un objet insolite ou un peu décalé). Il faut s’entrainer beaucoup mais les résultats peuvent être très intéressants et faire leurs effets sur les personnes qui verront plus tard les clichés).

– évitez de ne faire que des portraits ou de mettre systématiquement un personnage dans la photo: on a tous tendance à le faire, c’est le bon vieux : « tiens mets toi là, je vais te prendre en photo ». Certes, cela fait des souvenirs, mais ce n’est pas de cette manière que vous ferez de grandes et belles photos. Un conseil: pour faire de beaux portraits, investissez dans un petit objectif 35-70 mm qui ne vous servira qu’à cela. Vous ne regretterez pas votre achat.

3. Étape 3 – Retouchez vos photos une fois rentré à la maison:

Voici maintenant quelques pistes pour retoucher un peu des photos et leur ajouter le petit plus qui fera la différence. A ce stade, il faut préciser que vous ne devez pas vous laisser aller et utiliser toutes les sortes de filtres et de découpages proposés par votre programme de retouche de photos. Un bon conseil: moins la retouche est visible, meilleure elle est! A ce stage inutile d’investir dans la dernière version de photoshop car des programmes gratuits vous feront souvent ce dont vous avez besoin.

– commencez par faire le tri dans vos photos: à l’heure du numérique on a tendance – on l’a vu tout à l’heure – à tout prendre et il faut bien le constater: tout ne vaut pas la peine d’être pris. Faites un tri au moment de vider votre carte mémoire et ne gardez que les photos qui valent vraiment le coup d’œil.

– retravaillez ensuite un peu la luminosité et le contraste grâce à votre programme de retouche de photo. N’en faites pas trop, contentez vous de faire une retouche de base uniquement visant simplement à redonner une lumière plus douce à la prise de vue.

– le temps était couvert au moment de votre prise de vue et votre photo couleur ne donne pas grand chose? Dans ce cas, passez la en noir et blanc, vous serez souvent agréablement surpris.

– pensez aussi à utiliser votre logiciel de retouche pour faire un léger recadrage. Idéal pour enlever un petit élément qui vous aurait échappé au moment de la prise de vue. Vous pourrez aussi profiter de cette étape pour redresser quelques photos un peu trop penchées.

– vous pouvez aussi facilement ajouter un cadre (blanc ou noir) à certaines photos: elles n’en seront que plus mises en valeur. Ne le faites pas systématiquement sur toutes les photos, mais plutôt sur celles que vous voulez présenter.

Voilà, en suivant ces quelques conseils, vous devriez pouvoir facilement améliorer votre technique de prise de vue et de traitement de l’image et faire de belles photos. On pourrait ajouter une 4eme étape qui serait celle de la présentation des images: un bon conseil, n’infligez pas à vos amis de longues soirées de présentation de vos dernières vacances (à ces chères soirées diapos, heureusement qu’elles sont terminées). Vous pouvez à la place les mettre sur des sites de partage de photos, voire en faire tirer quelques unes et les envoyer à des personnes ayant participé à votre voyage.

Partir en vacances avec des amis: être sur la même longueur d’onde

Au cas où vous ne le savez pas, je suis un blogueur et grand voyageur. Depuis 2008, j’ai visité une vingtaine de pays sur 4 continents (seule l’Océanie reste un grand mystère pour moi), et cela s’est toujours très bien passé… jusqu’aux vacances de cet été 2012, où il y a eu un certain nombre de conflits larvés dans le groupe… Pour vous éviter de vous disputer en voyage, suivez le guide.

Choisir ses amis

Depuis 2008, lorsque je partais en vacances, c’était majoritairement soit seul, soit avec ma copine du moment, soit avec le même groupe d’amis. On partait généralement à 3 potes dans différents endroits : ski, Croatie, Thaïlande… Tout se passait bien, jusqu’au jour où… de nouvelles personnes ont rejoint le groupe, des attentes différentes sont apparues, suscitant des tensions… Lors des dernières vacances, je suis rentré davantage stressé des vacances que je ne l’étais en partant… Voici les leçons que j’ai retenues de ces vacances « qui auraient pu être mieux ».

I. Choisir votre groupe de voyage

1/ Préférez partir en petit comité                                

Mon premier conseil : lorsque vous partez en groupe, préférez partir en petit comité. Un groupe de 3 ou 4 personnes semble l’idéal. Au delà, cela apporte un lot de désagréments, tels que :

– Inertie du groupe

Les grands groupes souffrent souvent d’une forte inertie, entre les lèves-tard, les lèves tôt… La moindre activité met du temps à être mis en place…

– Problème d’intendance

Plus votre groupe est nombreux à voyager, plus c’est compliqué. A 3 ou 4, il est facile de trouver un restaurant sans réserver de table. A 10 ou 15, c’est mission impossible. Idem pour les taxis, les hôtels…  Cela crée aussi de l’inertie… Prenez des vacances au ski : plus vous êtes nombreux, plus il y aura d’attente en bas des remontées mécaniques…

– Sous-groupes

Chacun a sa définition du voyage. Pour ma part, j’aime la découverte  de nouvelles choses, mais également partager mes découvertes avec des amis. Or, en grand groupe, il est difficile d’être tous ensemble. Souvent, des sous-groupes se créent, ce qui limite l’aspect communautaire, et peut créer des tensions entre les gens à l’intérieur du sous-groupe et ceux qui en sont exclus.

 

2/ Choisissez vos compagnons de voyage

Choisissez vos compagnons de voyage en fonction de votre état d’esprit respectif (voir point 3), mais aussi en fonction des paramètres suivants :

– Couple vs célibataires

Mes vacances en Croatie étaient bien différentes (vacances entre 3 potes) qu’en Thaïlande (3 potes et la copine d’un pote). De façon générale, préférez créer un groupe homogène. Soit vous partez entre amis, soit dans un groupe de couples. Il n’est que rarement agréable de partir avec des célibataires et des couples. Les attentes des couples sont différentes des célibataires, et il n’est pas agréable de tenir la chandelle. Sans compter la psychologie des sexes. Mes vacances en Croatie étaient plus « sauvages » qu’en Thaïlande, car on n’était qu’entre mecs en Croatie…

– Famille vs amis

Décidez avec qui vous souhaitez partir. Des amis ? De la famille ? Les deux ? Une chose est sûre : évitez les sous-groupes (voir point 1). Si vous partez entre potes et invitez votre cousin, ne faites pas groupe à part. Cherchez à vous intégrer dans le groupe dans sa globalité. Quel intérêt de partir dans un groupe si vous ne discutez qu’avec  votre meilleur ami ?

– Vieux amis vs Nouveaux amis

Soyez sur la même longueur d’onde. Si vous partez avec un même groupe d’amis, cela fonctionne bien. Si des membres de plusieurs groupes d’amis partent ensemble, cela convient aussi. L’ami commun devra toutefois choisir  ses amis par affinité.

Evitez toutefois le mélange des genres.  Si vous partez dans un groupe d’amis en ne connaissant qu’une personne du groupe, mais que tout le monde se connait déjà dans ce groupe (pièce rapportée) ce ne sera pas très agréable… et l’intégration sera plus difficile.

 

3/ Soyez sur la même longueur d’onde

Lorsque vous partez en vacances avec un groupe d’amis, il est très important d’être sur la même longueur d’onde. Vous connaissez vos amis, mais n’hésitez pas à mettre les points sur les i sur votre définition des vacances.

Par exemple, j’aime fortement bouger lorsque je suis en vacances. Faire du sport, visiter des musées, prendre des photos… Voici deux vacances que j’ai moins appréciées :

– Dans les Landes, avec un groupe d’amis dont le but des vacances était de boire du rosé, fumer des joints en glandant au camping. J’avais l’impression de perdre mon temps et je n’arrivais pas à décompresser ainsi.

– Dans le Sud-Est de la France, avec des amis dont la conception des vacances était de glander sur la même plage tous les jours alors qu’au contraire, je voulais visiter les différents endroits de la côte d’azur quitte à rouler un peu et à me réveiller tôt

Des attentes différentes liées à une psychologie et un vécu différent. Par exemple dans le deuxième cas, mes amis partent une fois par an quand je pars 5 à 6 fois par an. La plage est un moment magique pour eux quand pour moi, c’est quelque chose de banal, et je souhaite autre chose…

Prenez le temps de discuter de vos attentes de voyage notamment :

– Vos heures de lever/coucher idéales

– Ce que vous voulez faire/ne pas faire durant vos vacances

– Votre conception des vacances

 

II. Organisez votre voyage

4/ Désignez un leader du groupe

Comme dans tout groupe, il y aura un leader dans votre groupe de voyage. Préférez définir, formellement ou non, de qui est le leader avant vos vacances pour mettre les points sur les i. Si certains ne sont pas content du choix, ils pourront négocier avec le reste du groupe ou ne pas partir en vacances. Mieux vaut agir comme cela plutôt que d’attendre sur place pour savoir qui est le leader du groupe au risque de déplaire à certains.

Le leader du groupe se chargera notamment de :

– Préparation du voyage :

Un voyage se décide en groupe, mais c’est au leader d’initier le dialogue. Idéalement, c’est lui qui propose le lieu de vacances, qui fait des propositions, qui fera le timing et le budget… Les autres membres du groupe pourront (et c’est mieux) organiser les vacances, faire des recherches sur le web, réserver des hôtels. Mais en dernier recours, le leader aura le pouvoir de décision.

– L’intendance : le dialogue avec les différents membres du groupe (savoir si tout le monde est satisfait), l’organisation logistique…

– L’organisation des vacances : activités, organisation, pot commun…

 

5/ Organisez vos vacances : préparatif

Ca y est, vous avez définir où vous voulez partir, avec qui, votre vision du voyage et qui se charge de l’organisation du voyage (leader du groupe). Reste le plus important : la préparation du voyage. Voici quelques conseils pour bien réussir la préparation de votre voyage :

– Anticipez

Les voyages demandent souvent du temps pour être préparé, surtout les voyages lointains. Les billets d’avion, les passeports, les visas, les vaccins… Préparez votre voyage suffisamment tôt pour ne pas stresser  les derniers jours avant votre départ.

– Prévoyez une organisation

Lors de mes derniers voyages, je suis parti avec deux amis habitant dans deux villes différentes… Du coup pour s’organiser, plutôt que de multiplier les coups de fil et les échanges d’e-mails, on se mettait d’accord pour se retrouver dans des points Skype et avions mis en place un espace partagé sur Dropbox ou chacun était libre d’apporter sa contribution à la préparation du voyage.

– Soyez rigoureux

Pour éviter de perdre du temps en réunionite, définissez à chaque point un objet bien précis de la réunion. A la fin de la réunion, chacun devra repartir avec un tâche à réaliser bien précise (exemple : l’un se charge de la recherche du loueur de voiture le moins cher, l’autre de la réservation des hôtels) et la deadline¸date de la prochaine réunion où les tâches à réaliser devront être terminées.

N.B : Certains groupes décideront de tout planifier à l’avance, d’autres préfèreront peu planifier (organisation à la dernière minute ou recherche de spontanéité). Peu importe, même un voyage non planifié s’organise un minimum… si vous voulez qu’il soit réussi. Si vous voulez partir en vacances en Australie ou en Inde, même si vous voulez improviser sur place, la demande de visa, le budget, les incontournables, tout cela se prépare…

 

6/ Organisez vos vacances : programme

Ca y est, tout a été préparé. Le grand départ a lieu dans quelques jours ! Pour être certain que votre voyage se déroule bien, pensez à faire un dernier briefing avec vos amis quelques jours avant notamment :

– Spécial camping : Une semaine avant, vérifiez que tout le monde a bien le matériel requis. Le cas échéant, vous y prendre à l’avance vous permettra d’emprunter des tentes aux uns aux autres ou d’acheter le matériel manquant.

Donnez rendez vous avec vos amis et décidez d’une heure de départ, et de si vous pique-niquerez ou mangerez dans un restoroute

– Spécial voiture : Si vous partez en voiture, demandez à vos amis de venir charger votre voiture la veille, pour être sûr que tout rentre. Mieux vaut vous en rendre compte la veille et pouvoir aviser que le jour même, et risquer d’engendrer stress et retard sur votre planning

 

III. Le grand départ

7/ Faites des compromis

« Celui qui cherche un ami sans défaut reste sans ami » (Proverbe turc). Acceptez les défauts de vos amis mais canalisez les tensions pour éviter que des conflits ne dégénèrent dans votre groupe. Pour cela dès votre arrivée sur votre lieu de vacances, faites un point avec vos amis où vous définirez ensemble :

– Une manière de fonctionner ensemble

Pot commun ou chacun paie pour soi ? Les activités se font toujours en groupe ou est-il possible de se retrouver en comité plus restreint ? A quelle heure les activités commencent généralement ?

L’idée n’est pas d’avoir une organisation à la militaire, mais éviter les frustrations. Par exemple, éviter que certains attendent toujours d’autres au moment où les activités commencent, ou que d’autres (les lève tôt) s’ennuient car ils ne savent pas quand les autres vont se lever. Bref, détruisez les tensions avant même qu’elles n’arrivent. Idem : discutez de la gestion de l’argent…

– Des règles de vie commune

– (Eventuellement) Un partage des tâches

Si vous partez en camping par exemple, vous pouvez définir un petit planning pour que chacun contribue aux tâches commune (cuisiner, faire la vaisselle, réserver le canyoning du lendemain) en fonction de ses envies, et que ce ne soit pas toujours à la bonne poire de tout faire.

Enfin, une fois ces règles de base décidées, acceptez les et ne revenez plus dessus, si tout le monde commence à discutailler, on n’en sort plus. Et acceptez les compromis. On vit en société, on ne peut pas toujours faire ce qu’on veut, mais après négociez avec vos amis pour que chacun soit globalement satisfait de ses vacances…

 

8/ Faites des points régulièrement

Prenez le temps de discuter avec vos amis de façon sérieuse tous les jours, ne serait-ce que 5 ou 10 minutes. Prenez le temps d’avoir un feedback, demandez leur ce qu’ils ont pensé de leur journée, des activités, leurs envies… Certaines personnes peuvent être timides et ne pas naturellement exprimer leur avis, mais ils n’en pensent pas moins…

 

9/ Argent : les bons comptes font les bons amis

Les bons comptes font les bons amis comme le disent l’adage. Pour éviter les tensions liées à l’argent, discutez de l’argent dès le début. Voici différentes manières de gérer l’argent :

– Chacun pour soi

Chacun paie pour soi durant les vacances. C’est pratique, mais pas super convivial ni super pratique, à toujours devoir avoir de la monnaie. Le chacun pour soi me semble à éviter sauf si les différentes de consommation sont flagrantes. Si un de vos amis mange pour 30€ par repas et un autre pour 10€, le chacun pour soi semble bien pour éviter que le petit mangeur paie à chaque repas 10€ pour le gros mangeur…

– Pot commun

En début de séjour, vous définissez ce qui relève des dépenses communes. Vous estimez les dépenses communes du séjour, et chacun met dans une boîte un même montant pour contribuer aux dépenses communes.

Par exemple, vous partez dans un groupe de 5 personnes. Chacun met 60 euros dans un pot commun en début de séjour, soit 300 euros dans le pot commun. Le pot commun pourra servir par exemple à :

– Payer l’essence, les péages, les locations de voiture

– Les activités en commun : canyoning, bateau, visites de musées…

– Les courses au supermarché…

Plus simple que de demander à chacun sa part de chaque achat réalisé par le groupe. En revanche, la difficulté réside à définir ce qui relève de la dépense commune de la dépense privée. Idéalement, seuls les produits qui font l’unanimité doivent être pris sur le pot commun. Vous voulez du Nutella mais les autres n’en veulent pas ? Ne piochez pas dans le pot commun.

– Comptes globaux

Il est possible de gérer l’argent de façon globale. A savoir : chacun note ses dépenses. A la fin du séjour, on additionne tout, et celui qui a payé le moins paie celui qui a payé le plus pour que chacun paie la même chose au final.

Par exemple :

– Sophie paie le resto (30€) et l’hôtel (150€)

– Bertrand a payé l’essence (60€), le péage (20€) et la location de vélo (20€)

Au final, Sophie a payé 180€, Bertrand a payé 100€. La moyenne est de 140€. Bertrand doit donc donner 40€ à Sophie pour équilibrer les comptes.

Le système est très efficace à condition de faire un système de double comptabilité entre dépenses communes et dépenses privées. Durant mes dernières vacances, un ami avait payé 150€ de course et je lui avais prêté ensuite 50€. Il me disait qu’il me devait rien, puisque je lui devait 50€ (150€ divisés par 3 personnes) et qu’il me devait 50€. C’est vrai, mais je lui disais qu’il ne fallait pas compter comme cela, car il faut différencier :

– Les dépenses communes, celles qu’on comptabilisera en fin de séjour

– Les dettes privées, qu’on règle entre soi

Imaginez que vous partez à 10. Cela devient ingérable de comptabiliser les dépenses en commun au même niveau que les prêts d’argent entre amis. Dès lors il faut comptabiliser les dépenses communes d’un côté, pour le groupe. Et chacun se débrouille pour les petits arrangements pour le reste.

Voilà, cet article est désormais terminé.

Protégez vos photos de vacances

Lorsque vous partez en vacances, vous aimez sans doute prendre des photos pour immortaliser les bons souvenirs entre amis et les paysages et visites que vous êtes amenés à découvrir ? Sauf que le destin peut être parfois très cruel : lors de ma visite de l’armée en terre cuite, une merveille classée patrimoine mondial de l’UNESCO près de Xi’An, devinez ce que mon appareil m’a fait ? Lorsque je visionne mes photos, l’appareil m’indique 30 photos en stock – alors que j’en avais pris 500 ou 600 – et pire : plus que 20 photos peuvent être prises, et je n’ai pas d’autres cartes mémoires sur moi. Je serai obligé de supprimer les photos ratée l’une après l’autre pour exploiter au maximum le peu de mémoire restante et avoir au moins 20 ou 30 photos du site – vu que mes premières photos étaient impossible à retrouver sur ma carte mémoire… Au final, je réussirai à récupérer les photos mais rien ne me garantissait un tel résultat. Pour vous éviter de telles déconvenues, voici quelques conseils à bien prendre en compte pour qu’il vous arrive une telle mésaventure, basés sur d’une part la prévention, d’autre part la récupération de vos photos.

1/ Ne lésinez pas sur votre budget carte mémoire

Ma carte mémoire à problème était une carte de sous-marque récupérée de je ne sais pas où de 2 ou 4 Go. A la place, j’ai racheté une carte mémoire KINGSTON de 8 Go. Le budget était conséquent – 180 yuans, soit 24 euros. Mais c’est le prix à payer pour renouveler mon matériel informatique vers une plus de mémoire – la carte me permet de stocker un peu plus de 1000 photos – et la qualité de sauvegarde des photos.

 

2/ Ayez plusieurs cartes mémoires

Vous pouvez trouver des cartes SD de 32 Go mais quid si elle bugue ? Vous perdrez la totalité de vos photos de vacances. Préférez limiter le risque en ayant plusieurs cartes mémoires sur vous. Si une déconne, vous aurez toujours les autres.

 

3/ Faites des sauvegardes régulières

Cela semble trivial, mais faites des sauvegardes régulières de vos photos. De un, cela vous libère de la mémoire, et cela limite le risque de perdre vos photos. A Xi’An, j’avais pris avec moi mon PC portable. Heureusement, j’ai pu récupérer mes photos, mais si tel n’avait pas été le cas, j’aurai perdu 500 à 600 photos. Alors que si vous prenez le temps de récupérer vos photos chaque soir, vous limitez le risque de perte de photos à une journée maximum, et vous pouvez déjà traiter vos photos avant même d’être rentré de voyage.

Truc : Si vous n’avez pas de PC sur vous, vous pouvez toujours aller dans un cybercafé et dupliquer vos photos sur un clé USB ou les uploader à votre service Dropox en ligne.

Truc 2 : Tout espace de mémoire est amené à faillir un jour ou l’autre. C’est inexorable. Alors ayez toujours vos photos en double ou triple pour que lorsqu’un de vos disques durs ou clés USB lâchera, toutes vos photos ne soient pas perdues…

 

4/ Utilisez Photo Rescue

Dégoûté à l’idée que mes photos de voyage soient perdus, je me suis renseigné sur Internet et me suis rendu compte qu’il existe des logiciels de récupération de photos. J’en ai trouvé deux. Le premier ne marchait pas. Quant au second, j’ai lancé Photo Rescue. Photo Rescue a trouvé les photos, mais pour le récupérer, il fallait le code d’activation. Je l’ai payé – environ 25 euros – et ai pu récupérer toutes mes photos.

Un ami a eu la même mésaventure en rentrant de Nouvelle Calédonie – la totalité de ses photos de son appareil photo numérique perdues, il n’avait que l’argentique – et j’ai pu lui récupérer au moins 95% de ses 300 photos sur son appareil photo numérique avec Photo Rescue. L’opération de récupération a duré 5 minutes montre en main, et cet ami m’a regardé avec admiration d’avoir pu récupérer ses souvenirs de vacances, et j’ai pu avoir la chance d’admirer de magnifiques photos, mais ceci est un autre histoire.

Conclusion

Vos photos de vacances sont très précieuses. Que ce soit dans un but professionnel – bloguer ou vendre vos photos – ou personnel – immortaliser les moments inoubliables. Par respect pour vos photos, prenez soin d’elles en alliant une stratégie de prévention et de récupération si besoin était. Pour cela :

– Ne faites pas d’économie de bout de chandelle et achetez une carte mémoire de bonne qualité quitte à y mettre le prix

– Diversifiez vos espaces de stockage (vieil adage : ne pas mettre tous les œufs dans le même panier)

– « Rapatriez » vos photos dès que possible (une carte mémoire, ça s’abîme, ça se perd…)

– Faites systématiquement des doubles de vos photos (le conseil est général. Un support de stockage de donnée à une limite de durée de vie, le seul moyen de les conserver sur une longue période est d’avoir des doubles et de dupliquer régulièrement les données)

– Pensez à Photo Rescue si vos données sont perdues. Si jamais ce logiciel ne marche pas – peut-être que Photo Rescue ne peut pas toujours récupérer les photos – vous pouvez en chercher d’autres et espérer récupérer vos photos

En tout cas, ce que j’aime  bien sur le logiciel, c’est que vous ne prenez aucun risque à l’acheter. En effet, vous le téléchargez, le logiciel vous indique combien de photos il peut récupérer avec affichage des miniatures de photo ou pas. Il ne trouve aucune photo ? Vous n’achetez pas le logiciel. Il vous affiche les miniatures de vos photos ? Alors vous pouvez acheter le logiciel sans crainte 🙂

Bonjour tout le monde !

Bienvenue dans WordPress. Ceci est votre premier article. Modifiez-le ou supprimez-le, puis lancez-vous !